top of page
Rechercher

Étude d’un cas réel 3 : gérez votre crédit avec prudence


Utilisation d'une carte de crédit

En octobre 2022, j'ai aidé un client à obtenir un prêt hypothécaire libéré d'une proposition concordataire en août 2021. Cette proposition l'avait rendu solvable, permettant de se qualifier pour un prêt hypothécaire conventionnel auprès d'un prêteur alternatif, mais pas pour un prêt standard. Pour cela, il faudrait qu'il attende un an de plus. Cependant, même avec des antécédents financiers améliorés, le processus de renouvellement avec une institution financière traditionnelle ne s'est pas déroulé tel qu'attendu.


Obtenir un prêt hypothécaire traditionnel


Généralement, une personne ayant une proposition de consommateur ou une faillite à son dossier peut espérer obtenir un financement hypothécaire d'une institution financière traditionnelle deux ans après avoir obtenu sa lettre de libération. Pour être accepté par une telle institution, l'emprunteur doit avoir reconstruit son crédit à l'aide de deux lignes de crédit distinctes et maintenu un historique de paiement impeccable depuis le début de la proposition ou de la faillite. Les lignes de crédits doivent avoir été obtenues après le début de la proposition ou de la faillite et doivent être ouvertes depuis au moins deux ans.


Un client préparé, mais confronté à l'inattendu


Mon client avait suivi à la lettre ces directives. Il avait ouvert et géré deux lignes de crédit sans aucun retard de paiement, en maintenant des soldes nuls. Son score de crédit était au-delà des attentes. De plus, il avait épargné 130 000 $ de sa propre initiative sans compter qu'il avait fourni une mise de fonds de 20% lors de l'achat de sa maison en 2022. Ses ratios d'endettement étaient également en ordre. Cependant, la réalité fut différente de mes attentes.


Le début du cauchemar


Lorsque j'ai soumis la demande de transfert du prêt hypothécaire vers un premier prêteur de qui j'obtiens généralement une excellente collaboration, j'ai été confronté à un refus surprenant. Mon client avait mal utilisé son crédit, disait-il, ce qui a abouti à ce rejet. Je me suis battu pour prouver que les erreurs dataient d'avant sa libération. Malgré toutes les preuves fournies, le prêteur a accepté d'approuver le prêt à condition que mon client investisse 100 000 $ supplémentaires, portant l'emprunt à 50% de la valeur de la propriété. Un déclin déguisé en condition.


La frustration s'accentue


Je me suis tourné vers un deuxième prêteur, normalement flexible et compréhensif. Cependant, un deuxième refus a suivi. Des investigations plus approfondies ont révélé que les informations de crédit visibles par les prêteurs différaient de celles accessibles aux courtiers. Un problème chez Equifax affectait la visibilité des ajustements que j'avais apportés. Les prêteurs ne voyaient pas la même information que moi sur le bureau de crédit de mon client. Ils exigeaient tous que ces problèmes soient corrigés avant toute approbation.


Une erreur dispendieuse


L'erreur dans l'historique de crédit de mon client lui a coûté cher. Il a dû accepter une offre de renouvellement anticipé avec un taux supérieur de 2.45% à ce que je lui avais négocié avec le premier prêteur, soit une dépense de 6 717 $ en 12 mois. Et qui sait quels taux seront disponibles dans un an? Peut-être que la facture continuera de monter.


Conclusion


Retenez ceci: vous devez prendre grand soin de votre crédit. Les taux d'intérêt en hausse ont resserré les conditions d'approbation. En tant qu’emprunteur, vous avez de moins en moins droit à l’erreur. Assurez-vous que votre crédit soit en ordre, ne manquez pas de paiement, et si vous avez des mois plus difficiles, faites tout de même les paiements minimums pour toutes vos lignes de crédit. Confirmez qu’il n’y ait pas d’erreur majeure à votre dossier de crédit, de sorte que lorsque vous aurez besoin d’emprunter, vous soyez en bonne position pour obtenir votre prêt.

bottom of page